- Si Gung
                - Si Fu
                - Lignée


                - Histoire
                - Techniques
                - Formes


                - Philosophie
                - Grades
                - Mise au point


                - Infos


                - Tai chi
                - Wudang


                - Danse de lion
                - Le thé


                - Vidéos


                - Stages d'armes
                - Stages de tai chi
                - Calendrier


                - Infos
                - Liens


                - Livres



 join us
            Mise au point

 

     Un tel chapitre étant inhabituel, vous serez peut-être étonné à la lecture de cette page, mais aux vues de certaines personnes, pratiques et clubs, nous ne pouvions pas faire l'impasse, une mise au point s'avérait indispensable...


TRADITIONNEL OU SPORTIF

     En premier lieu nous voulions faire une brève distinction entre une pratique traditionnelle et une pratique sportive, afin de ne pas être pris pour d'autres.

Étant un style authentique, notre recherche est de développer une réelle capacité à combattre. Notre enseignement ne perd pas de temps en quelconques acrobaties, mimiques animales inutiles, superflues tout autant que ridicules. Nous ne pratiquons pas de Wu Shu moderne !

Ce type d'art martial relève plus d'une gymnastique sans intérêt que d'une véritable technique de combat. Un proverbe illustre bien cette idée : "Le poing fleuri et le pied qui brode sont esthétiques mais sans valeur martiale".

Nous ne pratiquons pas non plus dans un esprit sportif pour gagner quelque médaille ou compétition que se soit, si ce n'est celle contre nous même. En effet nous pratiquons des techniques à caractère définitif sur des attaques réelles et non des assauts sportifs ressemblant bien plus à des boxes pieds-poings qu'à une méthode de combat efficace en situation réelle.

Nous cherchons par la même à développer des capacités de réflexes, un coup d'oeil et une vitesse d'exécution qui mettrait un assaillant même déterminé hors d'état de nuire.

Rappelez vous que les formes que l'on vous a enseigné sont le répertoire technique de votre style, alors pourquoi ne pas les utiliser ? Parce que bien souvent les professeurs de styles généralistes ne les connaissent pas, ils préfèrent faire une distinction entre "la technique" (les formes) et le combat. C'est bien souvent pour cela qu'ils enseignent un dérivé de boxe dans leur partie "combat", délaissant l'essence même de leur système, à savoir la technique et la stratégie de combat...


MELANGES DE STYLES

     Quantités de professeurs proposent des cours de "KUNG-FU WU-SHU TRADITIONNEL". Est-ce un unique style ? Non, la Chine répertorie entre 350 et 450 styles différents.

Le mot Kung-fu veut exprimer la haute maîtrise, une excellence dans un domaine. En Chine nous pouvons donc avoir un haut Kung-fu de la cuisine ou de la peinture par exemple.

Le terme Wu-Shu quant à lui veut littéralement dire "arts martiaux" (terme utilisé pour décrire aussi le wu-shu moderne). Parlons nous donc d'un style particulier ? Absolument pas, c'est plutôt un mélange de styles. Un système recréé sur les formes de différents autres systèmes. On y retrouve bien souvent une forme de Choy Lay Fat, de Hungar, de Tang Lang, etc.

Ce système à été créé par les premiers occidentaux partis en Chine pour apprendre le Kung-fu. Ils ont appris divers Kunes (formes) avec des maîtres de divers styles qui leur ont enseigné les formes à l'envers pour la plupart. Alors pourquoi traditionnel étant donné qu'il s'agit d'une invention récente ?

Nombre de questions auxquelles on ne peut bien évidement pas répondre et les professeurs de ce style non plus...


PRATIQUES MULTIPLES

     Le fait de pratiquer 10 styles au sein d'une même école est abérant pour tout pratiquant sérieux. Chaque système à sa stratégie propre. Par exemple, le Choy Lay Fat frappe avec les bras en balancier alors que le Tang Lang ne le fait pas, donc comment et sur qu'elle base développer son habileté ? Certaines personnes aiment le vin, d'autres le coca cola, tout est bon mais essayez de les mélanger dans le même verre...

Nombre d'occidentaux n'ont pas saisi cette notion de stratégie. C'est donc pour cela qu'il faut choisir un système unique et complet, ainsi qu'un professeur compétant en s'assurant de la légitimité de sa lignée.

Nous ne nous exprimerons pas sur les soit disant sifu ayant inventé un nouveau système "extraordinaire" ou tout autre style tout aussi récent.

Soyez certains qu'il existe suffisamment de styles pour trouver ce que vous recherchez, il n'est nul besoin d'en créer de nouveaux. Un proverbe chinois dit à se sujet : "Il y a autant de styles de boxe en chine que de pièces de monnaie dans la poche d'un riche marchand".


TARIFS EXORBITANTS

     Quoi que moins grave, nous voulions aussi nous exprimer sur les "écoles" dispensant leurs enseignements à des tarifs on ne plus onéreux. Le tarif des cours ne garanti en aucune façon la qualité de l'enseignement. Faites une réelle distinction entre un club qui propose des règlements croissants selon le nombres d'heures de pratique, et une vraie école proposant un tarif unique quelque soit le temps de pratique ou les disciplines enseignées. Nous vous laisserons bien sûr libres de juger ce qu'il est correct de verser, mais selon nous un montant supérieur à 400 euros pour l'année serait une aberration.

Les enseignants partisans de ce "Kung-fu business" ne connaissent pas, voir plus grave ne prennent pas en compte la philosophie rattachée aux arts martiaux et dispense leurs enseignements aux plus riches en oubliant les autres.

En effet, dans la tradition, les élèves (to tai) s'occupaient de leur sifu, lui procuraient de quoi subsister faisant le ménage de la demeure ainsi que du goon (salle d'entraînement) du maître. Ainsi, les plus pauvres fournissaient riz, récolte ou oeufs de leur production. Il n'était pas question d'argent, hormis de rares donations volontaires, destinées à assurer la survie de l'école. Toutes les classes sociales pouvaient alors bénéficier de l'enseignement.


SECTE ET MINI GOUROUX

     En dernier point, nous désirions nous exprimer sur ce que nous nommerons "les petits gourous" qui proposent des enseignements "secrets" coûtant 2000 euros, qui parlent d'on ne sait quelle force cosmique et qui suivent bien souvent la mode des styles internes.

Ils trouvent leurs cibles en des personnes fragiles, mal dans leur peau et à qui on arrive facilement à faire miroiter monts et merveilles. Les techniques capables de tuer à distance ou de transcender votre carma n'existe pas.

Soyez donc honnêtes avec vous même, trouvez un système qui vous convienne mais pratiquez avec lucidité.

Le Kunfu est un travail de toute une vie, avec une progression constante donc ne chercher pas à pratiquer 10 styles pensant que vous êtes au bout du votre, vous ne serez toujours qu'au début...

 


 Copyright : Association des arts traditionnels chinois       Adresse : 12, boulevard du Canigou, 66240 Saint-Estève       Contact : pakmei@free.fr ; 06.68.46.74.28